Archive

Posts Tagged ‘Jaime Semprun’

Recension: Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise, 2003

7 novembre 2017 Laisser un commentaire

Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise,
éd. Denoël, 2003, 298 pages.

« TOTAL – le totem de Tantale. »

Michel Leiris

Il y a deux choses que je trouve infiniment précieuses dans un essai de philosophie politique : la clarté et la précision. Ces deux qualités sont largement absentes du texte complexe et rebutant d’Anselm Jappe. Les Aventures de la marchandise prétendent formuler, à la suite de Marx (1818-1883), une nouvelle théorie critique de la valeur, dont l’actualité serait plus criante que jamais, et tirer les implications polémiques de cette reformulation, c’est-à-dire que Jappe entend confondre ceux qui imaginent une forme de critique sociale sans se référer à ce point central.

La théorie de la valeur de Marx n’est pas facile à comprendre. L’exposé le plus connu de la théorie se trouve au chapitre I du Capital (il existe d’autres sources, Jappe fait le point sur la question, pp. 72-73). L’intérêt de son livre aurait pu être d’éclaircir une question épineuse et centrale. Il se montre, malheureusement, très insatisfaisant sur ce point. Lire la suite…

Publicités

Javier Rodriguez Hidalgo, La critique anti-industrielle et son avenir, 2005

Ces dernières années, une critique que l’on peut qualifier d’anti-industrielle et anti-progressiste a connu une importante diffusion. Ses traits principaux sont : le rejet catégorique de l’idée de progrès ; un jugement critique à l’égard de ce qu’a représenté la modernité ; une complète remise en question des potentialités libératrices de la technologie ; la constatation du fait qu’un désastre écologique et humain est en cours ; la contestation du caractère prétendument neutre de la technique. Même si la présente esquisse est trop générique, je vais essayer de montrer sous quelle forme cette critique radicale s’est récemment répandue en Espagne, d’abord grâce à des traductions de textes étrangers (qui ont été les premiers à avoir exposé cette critique avec une certaine cohérence), puis à travers des variantes autochtones ; à la suite de quoi je passerai en revue les objections le plus couramment soulevées contre ces idées, et j’exprimerai mes propres critiques. Je ne dissimule pas, pour éviter des reproches a posteriori, que je suis d’accord, pour l’essentiel, avec cette critique anti-industrielle. Lire la suite…

Javier Rodriguez Hidalgo, La crítica anti-industrial y su futuro, 2005

En los últimos años se ha dado una difusión notable de una crítica social que podríamos calificar de antiindustrial y antiprogresista. Sus rasgos principales son: un rechazo rotundo de la idea de progreso; un juicio crítico respecto a lo que ha supuesto la modernidad; un cuestionamiento absoluto de las posibilidades liberadoras de la tecnología; la constatación de que un desastre ecológico y humano está en marcha; y una crítica de la idea de neutralidad de la técnica. Aunque estos rasgos son demasiado genéricos, intentaré mostrar la forma en que esta crítica radical ha ido extendiéndose últimamente por el Estado español: primero con las aportaciones foráneas traducidas (por ser las primeras expuestas con una cierta coherencia teórica); a continuación, con sus variantes autóctonas; y al final repasaré las objeciones más habituales que pueden hacerse a estas ideas, así como mis propias críticas. No me molestaré en ocultar, para evitarme reproches a posteriori, que me identifico con esta crítica antiindustrial. Lire la suite…

Jaime Semprun, Le fantôme de la théorie, 2003

6 juillet 2012 Laisser un commentaire

Je voudrais exposer ici les raisons pour lesquelles divers essais récents de « théorie radicale » me semblent avoir quelque chose d’irréel, voire de creux, en tout cas de fantomatique, au sens où il y manque, selon moi, ce qui était la chair et le sang, le nerf si l’on préfère, bref la vie des théories révolutionnaires de la société. Cela m’amènera évidemment à dire un peu ce qu’est, ou plutôt ce qu’était, la théorie révolutionnaire, du temps où une telle chose existait ; et pourquoi je pense que ce n’est plus le cas. Lire la suite…

Jaime Semprun, El Fantasma de la Teoría, 2003

6 juillet 2012 Laisser un commentaire

Quisiera exponer aquí las razones por las cuales diversos ensayos recientes de “teoría radical” me parecen tener algo de irreal, de hueco, y en cualquier caso de fantasmal, en el sentido de que en ellos falta, en mi opinión, lo que era la carne y la sangre, o el nervio, si se prefiere; en resumidas cuentas, la vida de las teorías revolucionarias de la sociedad. Ello me llevará evidentemente a decir algo de lo que es, o más bien de lo que era, la teoría revolucionaria, en la época en que existía tal cosa, y por qué creo que ya no sucede así. Lire la suite…

Jaime Semprun, The Ghost of Theory, 2003

6 juillet 2012 Laisser un commentaire

I would like to set forth the reasons why I think the various recent attempts at “radical theory” seem to possess an unreal, hollow, and in any case ghostly quality, insofar as they lack, in my opinion, the body and blood, or the nervous system, if you prefer, in short, the vitality of previous revolutionary theories. This will obviously lead me to speak of what revolutionary theory is, or rather what it was during the era when such a thing existed, and why I believe that the conditions that made its existence possible no longer prevail. Lire la suite…