Archive

Posts Tagged ‘intériorité’

Roger Alfred Stamm, L’intériorité, dimension fondamentale de la vie, 1999

28 septembre 2015 Laisser un commentaire

La question « qu’est-ce que la vie ? »

Supposons que soit posée la question « qu’est-ce que la vie ? ». Nous espérons trouver une réponse dans un manuel de biologie. Mais, voilà qu’à notre grande surprise nous constatons que le mot « vie » ne figure pas dans l’index. Manifestement, les auteurs ont estimé que celui qui veut savoir ce qu’est la vie n’a qu’à étudier tout le livre. La réponse viendra d’elle-même lorsqu’il se sera fait une idée complète des structures et fonctions qui constituent un organisme. C’est la raison pour laquelle on ne trouvera pas non plus, à la fin du livre, de synthèse rassemblant tout le contenu en une formule et donnant la réponse à notre question. Le scientifique n’en voit pas la nécessité.

A l’époque où j’ai fait mes études, et où j’ai eu Portmann comme professeur, la plupart des manuels contenaient, dans leur introduction, une liste des caractères de la vie. On trouvait par exemple :

« Êtres vivants (organismes) qui apparaissent toujours comme des individus, peuvent être distingués des choses inanimées sur base des propriétés typiques suivantes sur l’ensemble desquelles reposent les performances de la vie  : composition chimique particulière, formation à partir de cellules, métabolisme, excitabilité et performances psychiques, systèmes de régulation, hérédité, développement individuel, évolution. » [1]

C’est ce que nous appelons les systèmes fonctionnels.

Portmann critiquait cette manière de procéder. Celui qui n’envisage qu’une suite de fonctions particulières, disait-il, perd de vue le tout, alors que notre expérience immédiate de la vie est une rencontre avec un être vivant, plante, animal, être humain, dans sa manifestation immédiate, c’est-à-dire totale. Et c’est également en tant que totalité, en tant qu’individu (du latin in-dividuus = non-divisé) que l’organisme est en relation avec l’environnement. Tous les aspects particuliers qu’envisage le scientifique sont des parties, des fragments. On ne peut comprendre leur rôle qu’en les mettant en rapport avec le tout, car c’est seulement ainsi qu’ils sont réellement vivants et non pas en étant isolés sous la forme d’une préparation microscopique ou chimique. Lire la suite…

Publicités

André Pichot, L’intériorité en biologie, 2004

19 juin 2011 Laisser un commentaire

La notion d’intériorité, en ce qu’elle renvoie à l’intime, renvoie a l’expérience qu’on a de soi en tant que corps mais aussi en tant qu’organisme, et, par là, a la dimension biologique de l’individu, intime de l’intime. Or, en biologie, qui dit « intériorité » pense à Claude Bernard et à sa notion de milieu intérieur. Du coup, l’intériorité, fondement ultime du sujet, tend a se dissoudre dans le milieu intérieur, fondement ultime de la vie ; et le vécu s’y réfugie (le plexus solaire, au creux du ventre et au centre du corps, fut souvent le siège de l’âme). Lire la suite…