Archive

Posts Tagged ‘enclosure’

Ivan Illich, Le travail fantôme, 1980

30 mars 2019 Laisser un commentaire

Le roman de Nadine Gordimer Burger’s Daughter était sur mon bureau lorsque j’ai commencé à ébaucher cet essai. L’auteur y montre avec une rare maîtrise l’image arrogante du libéralisme de notre époque renvoyée par le brillant et cynique miroir de sa terre natale, l’État policier d’Afrique du Sud. Son héroïne souffre d’une « maladie » :

« L’incapacité d’ignorer qu’une vie normale et saine a pour condition la souffrance d’autres êtres humains. »

Dans Feminization of America, Ann Douglas dégage une idée similaire. Pour elle, la « maladie » vient de la perte d’une sentimentalité – une sentimentalité attachée à des valeurs qui sont précisément celles que la société industrielle détruit. Quiconque souffre de cette perte de sentimentalité prend conscience de la ségrégation : celle que nous connaissons maintenant, ou celle qui sera notre lot après la révolution.

Dans cet essai je veux explorer pourquoi, dans une société industrielle, une telle ségrégation existe inéluctablement ; pourquoi, sans ségrégation basée sur le sexe ou la pigmentation, sur les diplômes ou la race ou sur l’adhésion à un parti, une société construite sur le postulat de la rareté ne peut exister. Et, pour approcher en termes concrets les formes méconnues de la ségrégation, je veux parler de la bifurcation fondamentale du travail qu’implique le mode de production industriel. Lire la suite…

Allan Greer, Confusion sur les Communs, 2015

29 avril 2016 Laisser un commentaire

Téléchargez la brochure au format PDF

Dossier La Tragédie des Communaux

Pour toute une famille de pensée, le peuple est incapable de gérer collectivement une ressource naturelle sans la surexploiter. Récit d’une imposture et de ses racines. Un dossier spécial.

Au moment où la question de la propriété intellectuelle domine Internet, la lutte pour la mainmise sur l’univers numérique est de plus en plus présentée comme le « second mouvement des enclosures » : un emprunt trompeur, affirme Allan Greer.

En réaction à la progression galopante de la propriété intellectuelle (PI) et à sa domination croissante d’Internet, un mouvement s’est développé pour résister à l’intrusion des entreprises aux quatre coins du cyberespace. Inspirés par le potentiel des médias numériques dans la distribution et la diffusion à grande échelle de données, d’images et de textes au profit de tous, des militants font campagne en faveur d’un réseau neutre et du libre accès à ce réservoir mondial d’informations et d’œuvres de création toujours croissant. Des sites comme Wikipédia et divers logiciels en libre accès, signalent-ils, reposent sur la collaboration gratuite de millions de collaborateurs à travers le monde et offrent gratuitement des avantages à toute personne ayant accès à un ordinateur et à une connexion Internet. Contre cette éthique appliquée du partage, ils voient surgir une phalange de grandes entreprises déterminées à privatiser pour leur seul profit les ressources intellectuelles d’un monde interconnecté.

Cette lutte pour la maîtrise de l’univers numérique, fruit des avances technologiques des deux dernières décennies, peut sembler absolument sans précédent ; pourtant, de nombreux militants d’Internet se donnent du mal pour y voir des liens avec les luttes agraires des siècles passés. Le juriste James Boyle désigne l’expansion des droits de propriété intellectuelle dans les médias numériques sous le nom de « second mouvement des enclosures », expression qui renvoie à une étape bien connue de l’histoire agraire de l’Angleterre, lorsque les terres communales furent divisées et clôturées pour un usage privé [1]. D’autres personnes ont adopté la même référence historique et l’ont appliquée non seulement à Internet, mais à une multitude d’autres sphères où des entreprises revendiquent des droits sur des ressources auparavant à accès libre ou partagé. Parfois présentée comme une métaphore, parfois comme une analogie, cette idée selon laquelle nous assistons à une « enclosure des terres communales » intellectuelles a pris racine. Lire la suite…

Allan Greer, Confusion on the Commons, 2014

29 avril 2016 Laisser un commentaire

At a time when the issue of intellectual property dominates the Internet, the struggle for control of the digital universe is increasingly known as the « second enclosure movement » – a misleading moniker, argues Allan Greer.

Responding to the galloping advance of intellectual property (IP) and its increasing domination of the Internet, a movement has developed to resist the intrusion of corporate interests into every corner of cyberspace. Inspired by the potential of digital media to distribute data, images and texts, and to share these widely for the benefit of all, activists campaign for a neutral network and open access to the growing global storehouse of information and creative works. Sites such as Wikipedia and various open-access software systems, they note, depend upon the free collaboration of millions of contributors around the world and they provide benefits without charge to anyone with a computer and an Internet connection. Arrayed against this applied ethic of sharing, they see a phalanx of corporate giants determined to privatize the intellectual resources of a connected world for their own profit. This struggle for control of the digital universe might seem to be completely unprecedented, the product of technological advances of the past two decades, yet many internet activists are at pains to suggest links with struggles over land in earlier centuries. The legal scholar James Boyle calls the expansion of digital IP rights “the second enclosure movement,” referring to a well-known phase of English agrarian history when common lands were divided up and fenced in for private use. Others have adopted the same historical allusion, applying it not only to the internet, but to a variety of other spheres where corporations are laying claim to previously open or shared resources. Sometimes presented as a metaphor, sometimes as an analogy, the notion that we are experiencing an intellectual “enclosure of the commons” has gained considerable traction. Lire la suite…