Archive

Posts Tagged ‘Dolly’

Jean-Pierre Berlan, Les cloneurs, 2005

11 novembre 2016 Laisser un commentaire

Personne ne niera que tant que le grain récolté est aussi la semence de l’année suivante, le sélectionneur semencier n’a pas de marché. En hommes d’affaires, les premiers semenciers professionnels de la deuxième moitié du XIXe siècle l’ont immédiatement compris et ont entamé leur guerre secrète contre cette concurrence déloyale que leur faisaient plantes et animaux en se reproduisant et se multipliant gratuitement dans le champ du paysan. Avec une grande finesse politique, ils ont aussi vu que la réussite de leur dessein final – stériliser les plantes et les animaux par un moyen biologique, légal ou autre – demandait de l’entourer d’un rempart de mensonges.

Les cow-boys de la recherche agronomique des États-unis et leurs partenaires de Delta and Pine Land Co., ainsi que Monsanto, ont heureusement dévoilé le pot-aux-roses avec leur brevet « contrôle de l’expression des gènes » de 1998. Terminator, cette méthode transgénique générique de stérilisation, est le plus grand triomphe technique de la biologie appliquée à l’agriculture. Il est aussi la plus grande faute politique que pouvaient commettre les industriels « des sciences de la vie » puisqu’il révélait le secret le mieux gardé de la biologie appliquée à l’agriculture : la loi du profit s’oppose à la loi de la vie. Et dans notre Économie, c’est la vie qui a tort. Lire la suite…

Publicités

Jean-Pierre Berlan, Interdire le clonage humain ?, 2003

5 novembre 2016 Laisser un commentaire

Chacun a sa propre idée de l’éthique. Les laboratoires pharmaceutiques consacrent le tiers de leur chiffre d’affaires au marketing, à transformer les médecins en « prescripteurs » et, par là même, nos cotisations en profits records (17% sur les ventes contre 2,7% pour les constructeurs automobiles). L’éthique démocratique voudrait que nous ayons le choix de consacrer notre argent à sauver des millions de vies ou à enrichir actionnaires et dirigeants d’entreprises aux revenus obscènes. L’éthique officielle défend l’amiante et les chimères génétiques brevetées baptisées OGM, discute sans fin de savoir quand des cellules deviennent une personne, et a une tâche des plus urgente : faire du clonage reproductif humain un « crime contre l’espèce humaine ». Pourquoi cette hâte ? Lire la suite…

André Pichot, Bioéthique et épistémologie, 2012

27 décembre 2012 Laisser un commentaire

Dans « bioéthique », il y a « éthique », mais il y a aussi « bio ». Or, si l’aspect « éthique » fait l’objet de toutes les attentions, l’aspect « bio » est assez négligé. Il est certes à l’origine des problèmes qui réclament un examen éthique, mais lui-même n’est jamais mis en question. Premièrement, parce que la bioéthique ignore tout questionnement philosophique sur la vie (il est vrai que ce champ d’études a disparu de l’université). Deuxièmement, parce que la bioéthique fait l’économie de toute réflexion sur la biologie, qu’elle soit épistémologique ou historique (elle tend même à se substituer à ces réflexions pour imposer son propre discours).

Tout se passe comme s’il y avait une science – la biologie – qui progresse de manière inexorable, produisant sans cesse des nouveautés dont les hommes doivent s’accommoder du mieux qu’ils peuvent (comme ils le font des phénomènes naturels, météorologie ou dérive des continents). Ce n’est pas qu’en eux-mêmes ces progrès soient mauvais, mais leurs applications (inexorables elles aussi) engendrent des problèmes éthiques, soit très concrets (dans la pratique médicale, par exemple), soit dans le domaine des idées (en perturbant des conceptions philosophiques, politiques ou religieuses établies). Les problèmes bioéthiques seraient ainsi, peu ou prou, les conséquences naturelles des incontestables et non moins naturels progrès de la biologie.

En réalité, ce schéma ne résiste pas à l’examen. Il existe une multitude de cas de figure. Les progrès et les problèmes ne sont pas toujours où on les voit, et ne sont pas toujours des progrès ni des problèmes. Les biologistes ne sont pas toujours les agents innocents du progrès, ils savent jouer avec les problèmes (y compris les problèmes éthiques), et se prennent parfois à leurs propres discours (voire à leurs propres pièges). Voici quelques exemples. Lire la suite…

André Pichot, Dolly la clonesse ou les dangers de l’insignifiance, 1997

14 octobre 2012 Laisser un commentaire

Brochure au format PDF

LA manière dont a été présenté au public le clonage d’une brebis, par Ian Wilmut et son équipe, consacre la reconversion de la biologie dans le cirque et la science-spectacle. Contrairement aux affirmations optimistes des auteurs et de divers commentateurs, on peut en effet douter de l’intérêt d’une telle réalisation. Lire la suite…