Archive

Posts Tagged ‘1980’

Carolyn Merchant, Exploiter le ventre de la terre, 1980

27 juin 2018 Laisser un commentaire

La domination de la terre par la technologie et l’avènement corrélatif de l’image du monde comme Machina ex Deo furent les grandes caractéristiques de la révolution scientifique des XVIe et XVIIe siècles. Au cours de cette période, ces deux concepts de mécanisme et de domination de la nature sont devenus les concepts clés et les représentations prédominantes de notre monde moderne. La conception organique qui a prévalu depuis les temps anciens jusqu’à la Renaissance, dans laquelle le principe féminin jouait un rôle positif significatif, fut graduellement sapée et remplacée par un état d’esprit technologique qui se servait des différents principes féminins en les exploitant 1. Parallèlement à la mécanisation croissante de la culture occidentale au XVIIe siècle, la terre nourricière et cosmique a été remplacée par la machine. Lire la suite…

Publicités

Edward P. Thompson, Notes sur l’exterminisme, stade suprême de la civilisation, 1980

17 novembre 2015 Laisser un commentaire

Téléchargez l’article au format PDF

Camarades,

Il nous faut une analyse de classe bien convaincante de la crise internationale et des menaces de guerre actuelles. Certes. Mais si nous dominons à notre analyse la structure d’une suite rationnelle d’arguments, nous imposons une cohérence rationnelle 1 à l’objet analysé. Et si l’objet était irrationnel ? Et si les événements n’étaient pas provoqués par une logique historique unique (« l’attitude sans cesse plus agressivement militariste de l’impérialisme mondial », etc.), qu’on pourrait analyser en termes d’origines, d’intentions ou d’objectifs, de contradictions ou de conjoncture ? Si les événements étaient simplement le fruit de l’inertie et du gâchis ? Une telle inertie peut résulter, dans la situation dont nous avons hérité, de toute une série de forces fragmentaires (formations politiques et militaires, impératifs idéologiques, technologies d’armement), ou plutôt de l’antagonisme de deux ensembles de forces de ce genre, imbriqués dans leur opposition. Ce que nous subissons aujourd’hui s’est formé dans l’histoire, et à ce titre peut être soumis à une analyse rationnelle, mais l’ensemble de la situation forme aujourd’hui une masse critique, à la veille d’une explosion irrationnelle. L’explosion pourrait être déclenchée par accident, par une erreur de calcul, par la progression lente mais implacable de la technologie militaire, ou par une poussée soudaine de fièvre idéologique 2. Si nous organisons tous ces éléments dans une construction logique trop rigoureuse, nous resterons sans ressources face à l’irrationalité de l’événement. Il y a vingt et un ans, dans la revue qui précéda celle-ci, Peter Sedgwick (répondant à des arguments avancés dans une conjoncture différente) nous mettait en garde contre cette irrationalité :

« Toutes les analyses produites sont implicitement fondées sur la thèse du complot. Les « cercles dirigeants des États-Unis consacrent tous leurs efforts à la « préparation d’une nouvelle guerre » ; « de nouveaux plans d’agression » sont sans cesse élaborés par ces mêmes milieux. On attribue ainsi à l’ennemi une capacité criminelle de prévision, ce qui n’est ni plausible ni conforme à l’analyse marxiste. Ce que Wright Mills appelle « la dérive et la poussée vers la Troisième Guerre mondiale » doit en fait être attribué à l’existence de classes dirigeantes oligarchiques et militaires (dont la répartition sur les continents du globe est, soit dit en passant, plus large que les Partisans de la Paix ne le laissent entendre). Mais le danger de guerre ne provient pas d’un plan établi consciemment par les élites […]. S’il en était ainsi, nous pourrions tous dormir sur nos deux oreilles, car il est bien peu probable que les « cercles dirigeants » préparent leur propre annihilation […]. Il est possible que la guerre éclate à cause des politiques engagées par ces minorités irresponsables, comme maillon final imprévu d’une chaîne de conséquences déterminées à chaque étape par le choix précédent d’une classe dominante. La Troisième Guerre mondiale pourrait éclater « sans que personne l’ait voulue », comme résultat d’une configuration de forces sociales en lutte […]. Si l’homme est un jour effacé de la terre par les armes qu’il a lui-même construites, on ne pourra pas donner de réponse nette à la question : est-il tombé, ou l’a-t-on poussé ? » 3.

Vingt et un ans après, l’urgence de la question et les nécessités politiques de la situation plongent l’esprit dans l’angoisse. Je ne peux proposer que des notes, des bribes d’argumentation. Certaines de ces notes prendront la forme de questions, adressées à l’immobilisme de la gauche marxiste. Lire la suite…

Jacques Roger, La sociobiologie est-elle à l’heure ?, 1980

4 septembre 2011 Laisser un commentaire

Compte-rendu : Yves Christen, L’Heure de la sociobiologie, Paris, Albin Michel, 1979.

La sociobiologie, qui a soulevé des tempêtes de polémiques aux Etats-Unis, de vives contestations en Angleterre et de sérieux débats en Allemagne, est restée presque inconnue du public français. Quand il en a entendu parler, c’est à propos de la nouvelle droite et de l’hérédité de l’intelligence, problèmes fort secondaires. La grande presse, en particulier, s’est signalée par son silence, ou par la rareté et la superficialité des articles qu’elle a publiés sur la question. Sans doute ne juge-t-elle pas ses lecteurs capables de digérer les nourritures un peu fortes que le New York Times ou la New York Review of Books fournissent au public américain. Pour un public plus averti cependant, un article de Pierre Thuillier dans La Recherche posait quelques questions importantes, mais sans pouvoir les développer. Lire la suite…

Pierre Thuillier, Contre le scientisme, 1980

20 avril 1980 Laisser un commentaire

Article au format PDF (84 pages)

Pierre Thuillier, Le petit savant illustré, éd. Seuil, 1980.

Ce livre est épuisé et introuvable, c’est pourquoi nous en reproduisont la postface ici.

Contre le scientisme (Extrait)

Couverture de l'ouvrage

Couverture de l’ouvrage

Pourquoi ce livre ? Quelles idées avais-je en tête en choisissant et en racontant ces épisodes de l’histoire des sciences ? Telles sont quelques-unes des questions que le lecteur pourrait avoir envie de me poser. Cette curiosité ne manquerait pas d’à-propos. Car l’orientation des études ici réunies n’est évidemment pas neutre. Et si quelques explications sur mes choix peuvent paraître superflues à certains, d’autres pourraient au contraire regretter que je ne dise rien de mes motivations et de mes présupposés. Ce qui est en question, en effet, c’est une certaine image de la science. Insister sur les conflits qui ont pu opposer « la religion » et « la science », mettre en évidence le rôle des praticiens dans la formation de l’esprit scientifique, rappeler le petit scandale du Bathybius, présenter un grand biologiste sous les traits d’un spirite et un célèbre mathématicien comme complètement soumis aux théologiens catholiques, c’est adopter une perspective particulière. Peut-être même, si l’on en croit telle ou telle appréciation, faut-il voir là une entreprise perverse… Car enfin les réussites de « la science » sont assez évidentes. Pourquoi donc parler complaisamment de certaines « erreurs » et de certains « échecs » ? Pourquoi dévoiler des aspects particulièrement prosaïques (et même ridicules) d’une entreprise culturelle où abondent les « génies » et les « grands triomphes de l’esprit humain » ? Et pourquoi conclure en évoquant Goethe, dont la philosophie n’est pas spécialement conforme aux canons de « la science » orthodoxe ?

Il me serait facile, bien sûr, de m’en tirer à bon compte. Par exemple en disant que mon objectif était justement de critiquer l’image de la science qui est dominante dans les sociétés dites « avancées ». Mais cette réponse, si elle est substantiellement exacte, ressemble encore à une échappatoire. J’imagine fort bien un interlocuteur essayant de me pousser dans mes retranchements : « Soit : vous avez voulu montrer sur pièces que la connaissance scientifique est souvent le résultat d’une cuisine intellectuelle assez trouble ‑ et en tout cas moins transparente qu’on ne le dit généralement. Mais quelle est votre idée de derrière la tête ? Pourquoi tenez-vous tellement à démythifier la science ? »

Je pourrais encore essayer de répondre que j’ai trouvé l’entreprise amusante… Car enfin, le père des « mathématiques modernes » en train de quémander la bénédiction épistémologique d’un cardinal, cela fait un bon sujet de sketch socioculturel, non ? Mais ne reculons pas davantage. Si je m’intéresse tant à l’image de la science, c’est parce que « la science » elle-même est une affaire sociale de première importance. D’une importance si grande, même, qu’il est quasi impossible d’en parler en quelques lignes. Car « la science », ce n’est pas seulement ce que certains appellent la quête méthodique et désintéressée du savoir ; c’est une force qui se manifeste de façon de plus en plus voyante dans tous les secteurs de notre vie. Dans les activités industrielles et militaires, certes. Mais en même temps (et corrélativement) dans le domaine de la politique, dans le domaine de la morale, dans le domaine de la sensibilité, dans le domaine des relations avec autrui, etc.

Bref, « la science » est plus que la science ; c’est-à-dire plus que la science dite pure. Elle est, en intime association avec la technologie, impliquée dans la plupart des innovations qui modèlent et transforment notre univers quotidien (et plus précisément ce qu’on appelle les « conditions matérielles » de notre existence). Mais son dynamisme ne s’arrête pas là. Fondée sur un certain nombre de normes et de présupposés, elle impose à son tour (plus ou moins brutalement, plus ou moins explicitement) certaines façons de penser, certaines valeurs, certaines manières de percevoir le monde, de se percevoir soi-même et de percevoir les autres. Lire la suite…