Archive

Archive for the ‘Techniques & Métiers’ Category

Radio: Le Monde en pièces, 2019

15 octobre 2020 Laisser un commentaire

Présentation du second volume de l’ouvrage Le Monde en pièces, pour une critique de la gestion (éd. La Lenteur, 2019) par Nicolas Eyguesier (édition La Lenteur) et David Gaboriau (sociologue du travail).

.

Source: émission Les Amis d’Orwell sur Radio Libertaire,
du 11 octobre 2019. Lire la suite…

Ivan Illich, Disvaleur, 1986

11 octobre 2020 Laisser un commentaire

Le forum du professeur Tamanoï

Cette première réunion publique de l’Entropy Society japonaise nous donne l’occasion de rendre hommage à la mémoire du professeur Joshiro Tamanoï. La plupart d’entre nous ont été ses amis ou ses élèves. Ce sont les questions qu’il a soulevées qui amènent ici aujourd’hui six cents participants, physiciens et biologistes, économistes et écologistes.

Alors qu’il enseignait l’économie à l’université de Tokyo, le professeur Tamanoï avait traduit Karl Polanyi en japonais. À travers son enseignement et ses ouvrages, il a conféré à la recherche écologique une saveur japonaise unique en liant dimensions culturelles et dimensions physiques. Cela, il l’a accompli en se concentrant sur l’interaction entre l’idéologie économique d’une époque et la matrice terre-eau correspondante de la vie sociale. Il a été un actif militant d’une politique de l’environnement et un enseignant hors pair. Et jamais ceux qui furent ses amis n’oublieront sa délicatesse. Lire la suite…

Ivan Illich, Disvalue, 1986

11 octobre 2020 Laisser un commentaire

Professor Tamanoy’s Forum

This first public meeting of the Japanese Entropy Society provides us with an occasion to commemorate Professor Joshiro Tamanoy. Most of us knew him as friends and as pupils. The questions he asked bring together today 600 physicists and biologists, economists and green activists.

While a Professor of Economics at Tokyo University, he translated Karl Polanyi into Japanese. But in his own teaching and writing he brought a uniquely Japanese flavor to ecological research by relating cultural to physical dimensions. He did so by focusing on the interaction between an epoch’s economic ideology and the corresponding soil-water matrix of social life. He was an active environmental politician and a master teacher. And no one who experienced his friendship will ever forget its delicacy. Lire la suite…

Ivan Illich, Desvalor, 1986

11 octobre 2020 Laisser un commentaire

El foro del profesor Tamanoi

Esta primera reunión pública de la Entropy Society japonesa nos permite conmemorar al profesor Joshiro Tamanoi. La mayoría de nosotros fuimos sus amigos o sus alumnos. Las cuestiones que suscitó son las que congregan aquí a 600 participantes, físicos y biólogos, economistas y ecologistas.

Cuando enseñaba economía en la universidad de Tokio, el profesor Tamanoi tradujo a Karl Polanyi en japonés. A través de su enseñanza y sus obras, le dio un sabor japonés único a la investigación ecológica uniendo dimensiones culturales y dimensiones físicas. Logró esto concentrándose en la interacción entre la ideología económica de una época y la matriz tierra-agua que corresponde a la vida social. Fue un militante activo de una política del medio ambiente y un maestro fuera de serie. Los que fueron sus amigos nunca olvidarán su delicadeza. Lire la suite…

Daniel Cérézuelle, Une nouvelle théodicée ?, 2019

4 octobre 2020 Laisser un commentaire

Remarques sur la sociologie des techniques de Bruno Latour

Une anthropologie symétrique pour socialiser les techniques

Bruno Latour est un auteur qui, depuis un quart de siècle, fait autorité dès qu’il s’agit de penser les relations entre technique et société. Son œuvre abondante connaît un succès considérable. Latour serait, paraît-il, « le penseur français vivant le plus lu dans le monde » [1], et on peut dire qu’il exerce aujourd’hui un magistère sur les études « science technique société » (STS) qu’il a contribué à orienter dans la direction très particulière du constructivisme social. Lire la suite…

David Cayley, Preguntas sobre la pandemia actual, 2020

17 septembre 2020 Laisser un commentaire

desde el punto de vista de Ivan Illich

 

La semana pasada comencé un ensayo sobre la pandemia actual en el que trato de abordar lo que considero es la pregunta central que nos plantea: ¿El esfuerzo masivo y costoso para contener y limitar el daño que el virus provocará es la única opción que tenemos? ¿Se trata de un ejercicio de prudencia obvio e inevitable emprendido para proteger a los más vulnerables? ¿O es un esfuerzo desastroso por mantener el control de lo que obviamente está fuera de control, un esfuerzo que agravará el daño causado por la enfermedad con nuevos problemas que repercutirán en el futuro? Ni bien había comenzado empecé a darme cuenta de que muchos de los supuestos de mi análisis estaban muy alejados de los que se expresaban a mi alrededor. Estos supuestos provenían principalmente, reflexioné, de mi prolongado diálogo con el trabajo de Iván Illich. Lo que esto me sugería era que, antes de poder hablar de manera inteligible sobre nuestras circunstancias actuales, primero tendría que esbozar la actitud hacia la salud, la medicina y el bienestar que Illich desarrolló durante toda una vida de reflexión sobre estos temas. En consecuencia, en lo que sigue, comenzaré con un breve resumen de cómo evolucionó la crítica de Illich a la biomedicina y luego trataré de responder a las preguntas que acabo de plantear… Lire la suite…

David Cayley, Questions about the current pandemic, 2020

16 septembre 2020 Laisser un commentaire

from the point of view of Ivan Illich

 

Last week I began an essay on the current pandemic in which I tried to address what I take to be the central question that it raises: Is the massive and costly effort to contain and limit the harm that the virus will do the only choice we have? Is it no more than an obvious and unavoidable exercise of prudence undertaken to protect the most vulnerable? Or is it a disastrous effort to maintain control of what is obviously out of control, an effort which will compound the damage being done by the disease with new troubles that will reverberate far into the future? I hadn’t been writing for long before I began to realize that many of the assumptions I was making were quite remote from those being expressed all around me. These assumptions had mainly come, I reflected, from my prolonged conversation with the work of Ivan Illich. What this suggested was that, before I could speak intelligibly about our present circumstances, I would first have to sketch the attitude towards health, medicine and well-being that Illich developed over a lifetime of reflection on these themes. Accordingly, in what follows, I will start with a brief account of the evolution of Illich’s critique of bio-medicine and then try to answer the questions I just posed in this light. Lire la suite…

Philippe Bihouix, Le mythe de la technologie salvatrice, 2017

15 septembre 2020 Laisser un commentaire

Les coûts écologiques de la technique (déchets, pollution) sont rendus invisibles par la délocalisation de la production industrielle. Ils devraient nous inciter à promouvoir une technologie sobre et résiliente.

 

À l’exception – notable – des climato-négationnistes et de quelques « écologistes » sceptiques [1], rares sont ceux qui se risquent à contester l’état peu affriolant de notre planète. Il faut en effet déployer des trésors d’ingéniosité pour occulter l’évidence. Très localement, la situation a pu s’améliorer – la pollution de l’air dans certaines villes européennes est moindre qu’à la fin du XIXe siècle ou pendant le grand smog londonien de 1952. Mais sur les paramètres globaux, comment nier les forêts tropicales dévastées, le blanchiment des coraux, l’effondrement des populations d’animaux sauvages, l’accumulation de polluants sous toutes les latitudes, l’érosion ou la dégradation des terres arables, l’urbanisation galopante ? Sans faire le tour de la Terre, tout individu âgé de plus de 40 ans se souvient qu’il fallait nettoyer le pare-brise des voitures à la belle saison. Où sont donc passés les insectes ? Lire la suite…

François Jarrige, Promesses robotiques et liquidation du politique, 2017

15 septembre 2020 Laisser un commentaire

Depuis les années 1970, les robots envahissent les mondes du travail, les ateliers, les usines comme les foyers et les champs. Lors du dernier Salon de l’agriculture, organisé à Paris en 2016, ils étaient célébrés comme des auxiliaires indispensables pour sauver une agriculture en crise : outre les robots de traite et d’alimentation introduits depuis déjà longtemps, d’autres sont annoncés pour semer, désherber, pulvériser, alors que la robotisation s’accélère dans les usines, qui automatisent de plus en plus de tâches. Lire la suite…

François Jarrige, Technocritique et écologie dans les années 1970, 2017

10 septembre 2020 Laisser un commentaire

À la fin des années 1960, tandis que la question écologique s’affirme, les techniques pénètrent de plus en plus dans le champ de la critique sociale et politique. Alors que les oppositions aux grands équipements et aux politiques de modernisation des années 1945-1960 souffraient d’un manque de visibilité dans l’espace public et d’un déficit d’assises théoriques, celles des années 1970 montent en puissance et deviennent plus visibles (Pessis, Topçu et Bonneuil, 2013). Lire la suite…