Archive

Archive for the ‘Animaux’ Category

Francis Wolff, Libérer les animaux?, 2009

12 octobre 2017 Laisser un commentaire

Un slogan immoral et absurde

Libérer les animaux ? Qui pourrait être contre un objectif apparemment si généreux ? Qui ne s’indigne devant les conditions d’élevage, de transport et d’abattage induites par le productivisme contemporain ? Qui n’a tremblé d’émotion en voyant à la télévision les conditions de vie (si l’on peut appeler cela une vie) des porcs et des veaux ? Qui ne s’est indigné en apprenant les abandons de chiens sur les bords d’autoroute au début des vacances d’été ? Il est clair que la protection animale fait aujourd’hui partie de nos devoirs.

Toutefois, quand on parle de libérer les animaux, on ne veut pas dire « améliorer leurs conditions de vie ». On veut dire tout autre chose : on veut dire cesser de les exploiter. On sous-entend donc que les animaux seraient asservis par l’homme. Cela implique que le processus de domestication par lequel l’homme, au moins depuis le néolithique, a appris à apprivoiser, à élever, à entretenir, à soigner, à dresser certaines espèces, à créer de nouvelles espèces, variétés, races, ne serait en fait qu’une gigantesque entreprise d’esclavage. Ainsi, de même qu’il y a 11 000 ans, l’homme a amorcé son processus de civilisation en inventant l’agriculture et l’élevage et en domestiquant plantes et animaux, il faudrait aujourd’hui qu’il s’arrache à cette « barbarie » en libérant les animaux qu’il asservit ainsi depuis plus de cent siècles ! Lire la suite…

Publicités

Adolf Portmann, La vie et ses formes, 1968

5 octobre 2017 Laisser un commentaire

L’Art d’aujourd’hui, explorant toujours plus avant le domaine de « l’abstrait », se détourne des formes familières de la vie. Le dessinateur, le peintre, le sculpteur – les hommes du regard en général – cherchent des voies nouvelles pour le libre jeu des lignes, des surfaces, des volumes et des couleurs, mais en refusant la Nature qu’il leur fallait auparavant, jusqu’au dégoût, prendre pour modèle.

Art et Savoir

Voici pourtant un livre d’art [Théo Jahn, La vie et ses formes, éd. Bordas, 1968] qui offre des images d’une présence extraordinaire sur le monde réel des formes vivantes. L’effet produit par ces documents correspond-il bien à leur clarté et à leur beauté ?

Sans vouloir porter un jugement trop général sur nos contemporains, il me faut pourtant avouer la déception que j’éprouve souvent devant l’indifférence avec laquelle beaucoup de gens accueillent aujourd’hui de telles merveilles. Comblés, gâtés par des réussites toujours plus grandes dans le domaine des images, sommes-nous encore capables de les apprécier autrement que de façon fugitive ? Lire la suite…

Jocelyne Porcher, L’esprit du don: archaïsme ou modernité de l’élevage? 2002

3 novembre 2016 Laisser un commentaire

Éléments pour une réflexion sur la place des animaux d’élevage dans le lien social

Le contexte actuel de remise en cause, par différents types d’acteurs sociaux, des moyens voire des fins mêmes des activités d’élevage conduit à s’interroger sur la nature des liens qui unissent hommes et animaux en élevage et sur la place de la relation aux animaux dans les sociétés occidentales contemporaines.

La primauté de la raison économique s’impose aujourd’hui dans les filières de production animale, notamment industrielles, aussi bien que dans la recherche ou dans l’encadrement technique des éleveurs 1. Depuis les années cinquante en France, et de façon moins évidente depuis le milieu du XIXe siècle quand a émergé le projet d’industrialisation de l’élevage, c’est-à-dire la volonté de faire de l’élevage un ensemble d’activités rentables inscrites dans l’économie industrielle, l’affirmation de ce primat s’est appuyée sur la construction d’un statut de l’animal d’élevage réifié et sur le déni du lien entre éleveurs et animaux. Les finalités de l’élevage ont été réduites à la seule rationalité économique. Lire la suite…

Jocelyne Porcher, Le travail des animaux d’élevage: un partenariat invisible?, 2015

30 octobre 2016 Laisser un commentaire

« Je suis un homme et rien de ce qui est humain, je crois, ne m’est étranger », écrivait le poète Térence, et c’est bien pourquoi, en effet, au-delà de la validité de l’activité scientifique, les sciences humaines ont une indéniable légitimité à parler des êtres humains et à parler pour les êtres humains. Il n’en est pas de même en ce qui concerne les vaches, les cochons ou les chiens. Pour les sciences humaines, comme pour les sciences dites de la nature – qui, rappelons-le, sont elles aussi avant tout des sciences humaines – en première analyse, le poète aurait pu écrire : « Je ne suis pas une vache, et tout ce qui est vache, je crois, m’est étranger ». Au-delà de la rupture, constitutive pour les sciences, entre humanité et animalité, cette étrangeté, cette irréductible altérité, expliquent en partie la distance paradigmatique que les sciences humaines ont longtemps gardée vis à vis des animaux.

Pour les anthropologues, les animaux ont toujours fait partie des sociétés humaines, tout comme les rites et les contes, comme tout ce qui est produit par l’homme et destiné à son usage. En dépit du chemin qu’a fait l’anthropologie vers les animaux, les processus domesticatoires restent encore largement décrits comme des processus d’appropriation et d’exploitation de la nature et des animaux qui, loin de dissoudre l’étrangeté des bêtes, participent au contraire de leur mise à distance. La vache est cachée par le troupeau, l’affection par l’intérêt, le don par la prédation originelle et par l’accumulation du capital.

Or on peut penser, et c’est sur quoi se fonde ma proposition, que ce que nous appelons la domestication est avant tout un processus coopératif d’insertion des animaux dans les sociétés humaines par le travail, lequel porte en lui, comme l’écrivait Marx, une part d’exploitation et d’aliénation, mais aussi et surtout une perspective d’émancipation. Lire la suite…

Jocelyne Porcher, Défendre l’élevage, un choix politique, 2012

25 octobre 2016 Laisser un commentaire

Téléchargez l’article au format PDF

En Europe et plus largement dans les pays occidentaux, nous sommes aujourd’hui dans une surprenante conjoncture du point de vue de nos relations aux animaux. Alors que la situation sociale est plus calamiteuse que jamais, que le nombre de chômeurs et de personnes en grande pauvreté explose, que le droit du travail est défait, que les services publics et ex-services publics sont en implosion, que la gouvernance remplace le gouvernement, que le nombre de riches et leurs richesses augmentent à un rythme soutenu, en bref que les rapports de classe montrent à nouveau leur vrai visage, l’une des questions qui occupe le plus souvent les magazines et de nombreux intellectuels est celle de « la question animale » voire celle de la « cause animale ». Il s’agit de laisser penser que la condition animale – notamment celle des animaux domestiques – est un objet neutre et qu’elle peut être traitée indépendamment des autres questions sociales. Or, ce que je voudrais montrer ici, c’est que la condition animale, c’est la nôtre. C’est donc notre vie et celle des animaux ensemble que nous devons changer. Lire la suite…

Recension : A. Portmann, La forme animale, 1961

7 juillet 2014 Laisser un commentaire

Adolf Portmann, La forme animale, Paris, Éditions La Bibliothèque, coll. « L’ombre animale », 2013, 294 p., Préface et nouvelle traduction de Jacques Dewitte, ISBN : 978-2-909688-64-0.

 

On ne peut que saluer la récente réédition de cet ouvrage essentiel du biologiste suisse Adolf Portmann. Initialement paru en 1948, puis réédité en 1961 sous une forme augmentée, La forme animale était devenu quasiment inaccessible depuis de nombreuses années. En en proposant une traduction rénovée, les éditions La bibliothèque offrent l’opportunité de (re)découvrir la pensée largement ignorée d’une figure atypique du monde scientifique du XXe siècle. La forme animale fait partie de ces ouvrages relativement peu connus, mais dont l’influence sur plusieurs penseurs en sciences humaines, et parmi les plus importants, est pourtant manifeste. Spécialiste de l’œuvre de Portmann auquel il a consacré de nombreux écrits [1], le philosophe et traducteur de l’ouvrage Jacques Dewitte rappelle dans la préface qu’aussi bien Maurice Merleau-Ponty, Hannah Arendt, Karl Jaspers que Hans Jonas ont ainsi été marqués par la pensée de Portmann. On ajoutera à cette liste le philosophe et sociologue québécois Michel Freitag, qui s’est lui aussi appuyé sur les écrits du biologiste suisse pour réviser notre conception moderne de la vie animale et, plus fondamentalement, de l’existence humaine [2]. Lire la suite…

Comte de Buffon, Le Castor, 1760

14 juin 2012 Laisser un commentaire

Autant l’homme s’est élevé au dessus de l’état de nature, autant les animaux se sont abaissés au dessous ; soumis et réduits en servitude, ou traités comme rebelles et dispersés par la force, leurs sociétés se sont évanouies, leur industrie est devenue stérile, leurs faibles arts ont disparu, chaque espèce a perdu ses qualités générales, et tous n’ont conservé que leurs propriétés individuelles, perfectionnées dans les uns par l’exemple, l’imitation, l’éducation, et dans les autres par la crainte et par la nécessité où ils sont de veiller continuellement à leur sûreté. Quelles vues, quels desseins, quels projets peuvent avoir des esclaves sans âme, ou des relégués sans puissance ? Ramper ou fuir, et toujours exister d’une manière solitaire, ne rien édifier, ne rien produire, ne rien transmettre, et toujours languir dans la calamité, déchoir, se perpétuer sans se multiplier, perdre en un mot par la durée autant et plus qu’ils n’avaient acquis par le temps. Lire la suite…

Catégories :Animaux Étiquettes : , , , , ,

Jocelyne Porcher, Le stade ultime des productions animales : la production de viandes in vitro, 2010

27 février 2012 Laisser un commentaire

Dans le contexte de nouvelles réflexions sur la PAC, et concernant les productions animales, la question récurrente : « faut-il changer de modèle de production ? » pourrait sembler quelque peu incongrue. Il apparaît en effet de plus en plus nettement que la question n’est plus : « faut-il changer de modèle ? » mais, nolens volens, « comment le modèle est-il en train de changer ? ». Le changement auquel je vais m’intéresser, la production de viandes in vitro, que ses promoteurs qualifient d’aussi révolutionnaire que l’invention de l’automobile ou de l’informatique, devrait être connu et pris en compte par les politiques de développement agricole et rural car il pourrait bouleverser le paysage des productions animales et rendre caduques certaines prévisions.

Les productions animales visent à produire de la matière animale au plus vite et au moindre coût. Et cela en France depuis le milieu du XIXe siècle – et non depuis les années 1950 comme on le lit trop souvent en faisant débuter dans l’après guerre le processus d’industrialisation de l’élevage. Ainsi que l’écrit l’un des pionniers de la zootechnie, André Sanson (1826-1902), alors que le capitalisme industriel s’impose et que les entrepreneurs s’avisent de la manne financière inexploitée que recèlent la nature et les animaux domestiques :

On aura peine à croire, dans l’avenir, que cette façon de poser le problème zootechnique ait pu être considérée comme révolutionnaire, et qu’il ait fallu tant d’efforts pour la faire admettre […] On ne pourra pas s’expliquer que la production animale ait été, depuis si longtemps, envisagée autrement que comme une industrie obéissant avant tout aux lois économiques, de même que toutes les autres. [1]

Je voudrais montrer ici que la « production animale » comme industrie, id est le modèle industriel de productions animales, contient en elle-même sa propre négation et est en voie d’atteindre le stade ultime de son développement : la production biotechnologique de protéines animales. Et cela d’autant plus rapidement que l’on constate une convergence en ce sens des intérêts d’acteurs très différents, voire apparemment opposés. Ce changement radical de modèle de production de la « matière animale » risque toutefois d’entraîner dans son sillage la disparition de l’élevage en tant rapport historique multi-millénaire de travail avec les animaux. Et cela sans que nous ayons réellement pris la mesure de ce que nous sommes en train de perdre. Lire la suite…

Jocelyne Porcher, L’élevage: plaisir ou souffrance en partage? 2004

27 février 2012 Laisser un commentaire

Dans cet entretien, Jocelyne Porcher, l’une des meilleures spécialistes des relations entre l’homme et l’animal dans les systèmes d’élevage, rappelle que si, historiquement, plaisir et souffrance se sont articulés pour construire le travail en élevage et lui donner du sens, aujourd’hui, pour la majorité des éleveurs et de leurs animaux, la souffrance domine.

Mais que l’on ne s’y trompe pas : nous sommes tous collectivement touchés par cette souffrance et nous en sommes collectivement responsables, car l’élevage est un bien commun. Alors comment sauver cette relation entre les hommes et animaux, qui a construit nos sociétés depuis des millénaires ?

Comment, au fil de l’histoire de l’élevage et de la société, le travail du paysan et son rapport à l’animal se sont-ils transformés ?

Jusqu’au milieu du XIXe siècle en France, l’élevage est complètement intégré au travail paysan. Les animaux sont d’abord des partenaires du travail, ils font intimement partie du monde mental et affectif des paysans. Animaux et paysans habitent les mêmes maisons, travaillent ensemble et subissent en grande partie une condition partagée face aux dominants de l’époque, aristocrates et bourgeoisie montante. Cette proximité est très bien montrée par les historiens, et la littérature témoigne combien les animaux et les paysans sont animalisés dans les représentations des classes dominantes. L’élevage des animaux est alors décrit par les agronomes comme il l’était déjà au XVIIe et XVIIIe siècles alors que les aristocrates et les intellectuels commençaient à s’intéresser à l’agriculture, c’est-à-dire comme un « mal nécessaire » : une source de fumier pour l’agriculture.

Avec le développement des activités industrielles, les « décideurs » de l’époque prennent conscience que l’agriculture, et plus largement la nature dans son ensemble, recèle des réserves de profits laissés en friche entre les mains des paysans et de quelques agronomes et aristocrates. La zootechnie, qui naît à cette époque, a alors pour mission de faire de l’élevage une activité rentable pour les industriels et pour la nation. L’élevage se transforme, dans les représentations sinon encore dans les faits, en « productions animales ». Le premier élément de transformation de l’élevage en productions animales sur lequel travaillent les pionniers de la zootechnie est le statut de l’animal. L’animal devient une « machine animale » au même titre qu’un haut fourneau. Cette transformation du statut de l’animal n’est pas acquise aisément par les zootechniciens. Les paysans, mais également certains vétérinaires et certains agronomes, résistent un temps à cette évolution. Portée sur les fonts baptismaux du progrès et de la science, la « machine animale » est le premier pas d’une transformation radicale du travail en élevage. Dans le champ industriel, les rationalités multiples du travail en élevage sont alors réduites à une seule : produire. Produire pour le profit. Lire la suite…

Jocelyne Porcher, Ne libérez pas les animaux !, 2007

25 janvier 2012 Laisser un commentaire

Plaidoyer contre un conformisme « analphabête »

Il est très difficile aujourd’hui d’échapper à l’engouement opportun que manifestent de nombreux intellectuels 1 de tout poil et de tous pays   occidentaux   pour les animaux, ou plutôt pour la « libération » des animaux. Parmi les intellectuels qui s’intéressent de près ou de loin aux bêtes, certes, tous ne s’abandonnent pas au courant libérateur, en dépit de l’attraction intellectuelle apparemment irrésistible qu’exerce la cause animale. Néanmoins, de nombreux philosophes et juristes, parmi les plus prolixes, surfent avec entrain sur une vague animale médiatique dont on ne sait trop quel vent l’a générée ni sur quelle grève elle risque de finalement s’échouer.

Cette passion soudaine pour « la cause » est très surprenante. Elle est lucrative, on s’en doute, compte tenu de la place que tiennent les animaux dans le cœur et le porte-monnaie de nos concitoyens. Elle est commode : les intéressés ne viendront contredire personne. Mais, constatons-le froidement à la lecture de leurs textes, la majorité de ces auteurs n’ont somme toute pas grand-chose de nouveau à dire. Et qu’ils le disent de façon réitérée dans des médias dont les lignes éditoriales peuvent être pourtant fort éloignées rend d’autant plus évidente la faiblesse de leurs discours. Prenez quelques mots clés : domestication, exploitation, « élevage intensif », viande, souffrance, droit, émotions, cerveau… Ajoutez-y quelques références massives : Descartes, Malebranche, Montaigne. Rousseau. Darwin, Hegel. Heidegger… Saupoudrez de modernité cosmopolite : Singer, Derrida, Agamben, Sloterdijk… Vous obtiendrez sans effort une prose politiquement correcte, appuyée sur la raison raisonnante, qui vise tout uniment – et d’une manière que seul un cœur de pierre pourrait délibérément contester – à « libérer » les animaux. Le problème est que « libérer les animaux », cela ne veut rien dire, ou plutôt, cela signifie tout autre chose que ce qui est annoncé. « Libérer les animaux », cela signifie rompre avec eux alors même que l’enjeu vital de nos relations avec les animaux domestiques est au contraire de nous attacher mieux et de faire de nos attachements une œuvre partagée d’émancipation. Lire la suite…