Accueil > Biologia novae, Critique de la biologie moderne, Critique du darwinisme, Recension d'ouvrages > Bertrand Louart, Les êtres vivants ne sont pas des machines, 2018

Bertrand Louart, Les êtres vivants ne sont pas des machines, 2018

Notes & Morceaux choisis

Bulletin de critique des sciences, des technologies et de la société industrielle

N°13 – hiver 2018

Les êtres vivants ne sont pas des machines

.

.

Prospectus:

Aujourd’hui plus que jamais,
la conception de l’être vivant comme machine
est indissolublement liée au fait que nous vivons
dans une société capitaliste et industrielle :
elle reflète ce que les instances qui dominent la société
voudraient que le vivant soit,
afin de pouvoir en faire ce que bon leur semble.

Cette évidence constitue le point de départ de notre enquête et de nos analyses critiques sur la biologie moderne, qui s’articulent autour de trois points principaux :

1. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le point aveugle de la biologie moderne, c’est son « objet », l’être vivant, l’organisme et la vie qui l’habite. Non seulement les biologistes et les biotechnologues ne savent pas ce qu’est un être vivant, mais surtout, ils ne veulent pas le savoir et préfèrent en faire une « machine complexe » qu’ils se font forts de « reprogrammer » à volonté.

2. Or, la biologie est aussi et surtout l’étude du sujet, de son état natif jusque dans ses formes les plus développées, de la bactérie jusqu’à l’être humain. Dans leurs formes les plus simples, ils sont les premières manifestations d’une sensibilité propre et d’une activité autonome qui, en s’enrichissant d’organes et de fonctions au cours de l’évolution, aboutit à la conscience et à l’intentionnalité, à des formes d’autonomie plus élevées. Or, la philosophie d’inspiration cartésienne n’attribue la qualité de sujet qu’au seul être humain, reconduisant ainsi la scission entre l’humanité et les autres êtres vivants.

3. Si la conception de l’être vivant comme machine est le pur produit de la société capitaliste et industrielle, c’est pour plusieurs raisons complémentaires. La méthode des sciences est la forme d’investigation et de connaissance qui convient à ce système : mettre au jour les « lois de la nature » pour ensuite construire les machines qui les matérialisent et les mettent en œuvre ; pour mettre en place des dispositifs économiques et techniques qui les font travailler sans relâche et indépendamment des conditions écologiques, sociales et politiques. La machine est aujourd’hui omniprésente, elle est comme le modèle des rapports sociaux, qui reconduit toutes les formes de domination, d’exploitation et d’aliénation.

La critique du vivant comme machine est le fil directeur à partir duquel un diagnostic historique pertinent peut être précisément formulé, non seulement sur la biologie moderne mais aussi et surtout sur la société capitaliste et industrielle.

Cette dimension socio-politique est l’angle mort de la critique du vivant comme machine, elle a échappé à la majeure partie des critiques d’ordre scientifiques formulées jusqu’à maintenant. Or, cette dimension est essentielle : la manière dont nous concevons le monde et les êtres vivants exprime avant tout un projet, la manière dont nous voudrions qu’ils soient afin que notre action sur eux s’opère sans heurt ni surprise.

Sans cette dimension, la critique de l’être vivant comme machine ne peut que manquer de cohérence faute de perspective, elle ne peut s’élever à une philosophie de la nature susceptible d’articuler la critique et l’élaboration d’une nouvelle conception, c’est-à-dire qui puisse concevoir une réconciliation et une coopération entre l’humanité et la nature.

Une biologie nouvelle (biologia novae) semble donc nécessaire à plus d’un titre. D’abord, elle permettrait de remettre au centre de la réflexion l’être vivant en tant que sujet réalisant une unité organique avec son milieu ; de mieux appréhender la sensibilité et l’autonomie dont l’être vivant fait preuve. Elle pourrait ainsi contribuer à la (re)formulation d’une pensée plus claire sur la liberté, mieux articulée avec l’idée d’autonomie, qui manque cruellement après deux siècles de capitalisme industriel…

Le sujet étant fort complexe et très vaste, cette livraison de Notes & Morceaux choisis comprendra deux numéros. Celui-ci formule une critique approfondie de la conception de l’être vivant comme machine ; en montrant les impasses politiques et sociales où cette conception nous mène actuellement (chapitre 1), en examinant les ressorts idéologiques des trois piliers de la biologie moderne, le darwinisme, la génétique et la biologie moléculaire (chapitre 2) et en critiquant les diverses notions que ces idéologies scientifiques mettent en œuvre pour expliquer le monde vivant – sélection naturelle, hérédité, programme génétique, etc. – (chapitre 3).

Un prochain numéro explorera des pistes pour une nouvelle approche de la vie sur Terre.

Bertrand Louart, janvier 2018.

Un ouvrage publié en février 2018.

Éditions La Lenteur, Le Moulin à vent, 81 140 Vaour.

312 pages, 16 euros.

ISBN : 979-1-0954320-9-8

.

Téléchargez l’avis de parution

.


Sommaire

Editorial

Introduction

Note.

Première Partie : La biologie moderne ou l’impasse de l’être vivant comme machine

I. « La vie n’existe pas ! »

Le déni de la spécificité du vivant

L’être vivant comme machine

L’être humain comme instrument

Une mauvaise science-fiction

II. Idéologies scientifiques

La sélection naturelle et le darwinisme

L’hérédité et la génétique

La biologie moléculaire et le programme génétique

III. Avancer à reculons

L’être vivant comme zombi

Critique de la sélection naturelle

Critique de l’adaptation

Critique de la « lutte pour l’existence »

Critique de l’hérédité

Une philosophie de La nature ?

Bibliographie

Morceaux choisis.

Gérard Nissim Amzallag, L’histoire : mal incurable de la science ?

Gérard Nissim Amzallag, Les « Lois de La Jungle » : métaphysique moderne du conflit

.


Documents cités

Disponibles sur ce blog et ailleurs sur Internet

Par ordre alphabétique d’auteur concerné :

Recension: G. N. Amzallag, La Raison malmenée, 2002.

Recension : G. N. Amzallag, La révolution du cuivre, 2008.

Gérard Nissim Amzallag, La réforme du vrai, enquête sur les sources de la modernité, Paris, éd. Charles Léopold Mayer, 2010. [@Charles Léopold Mayer]

Aurélien Berlan, Autonomie et délivrance, 2014.

Aurélien Berlan, Pouvoir et dépendance, 2016.

André Pichot, Le vitalisme de Xavier Bichat, 1994.

Bernard Brunhes, La dégradation de l’énergie dans l’être vivant, 1909.

Georges Canguilhem, Qu’est-ce qu’une idéologie scientifique ?, 1969.

[Radio] Guillaume Carnino, L’invention de la science, 2015.

Bertrand Louart, Lettre ouverte à Emmanuelle Charpentier, 2015.

Gilbert Keith Chesterton, Eugenics and Other Evils : An Argument Against the Scientifically Organized State, Londres (Angleterre), éd. Cassel & Cie, 1922. [@Wikisource]

Suzanne Bray, Chesterton contre l’eugénisme, 2009

Alain Clément, Les références animales dans la constitution du savoir économique, 2002.

Collectif, Le Manifeste des généticiens, 1939.

Barry Commoner, La déliquescence du mythe de l’ADN, 2002.

Hervé Le Crosnier, La boîte de Pandore de la biologie synthétique, mai 2010.

Hervé Le Crosnier, Les prédicateurs de la génétique extrême, juin 2010.

Pascal Acot, Darwin et l’écologie, 1983.

Andréas Sniadecki, Malhonnêtetés et fraudes de Darwin, 2011.

Thomas Droulez, L’homme, la bête et le zombi, 2009

Recension : A. Escudero, La Reproduction artificielle de l’humain, 2014. [@PMO]

Uriel Frisch, “La turbulence”, Conférence à l’Université de tous les savoirs, Paris, Cité des Sciences et de l’industrie, 25 juin 2000 [@].

Émile Gautier, Le darwinisme social, 1880.

Stephen Jay Gould, Kropotkine n’était pas cinoque !, 1993.

Andréas Sniadecki, Philippe Grandcolas et la notion d’adaptation, 2011.

Recension : J. B. S. Haldane et B. Russel, Dédale & Icare, 1923.

John Burdon Sanderson Haldane, Être de la bonne taille, 1926.

Julian Huxley, À vin nouveau, nouvelles bouteilles, 1957.

François Jarrige, Se prémunir contre les préjugés ouvriers, 2010.

Recension : E. F. Keller, Expliquer la vie, 2004.

Andréas Sniadecki, François Képès, rationnalisateur des machines vivantes, 2014.

Andréas Sniadecki, Jean-Jacques Kupiec, ou l’ignorance au cœur de la cellule, 2018.

Céline Lafontaine, Le corps cybernétique de la bioéconomie, 2014.

Jean-Baptiste Lamarck, Philosophie zoologique, 1809.

Jean-Baptiste Lamarck, Introduction à L’histoire naturelle des animaux sans vertèbres, 1815.

Andréas Sniadecki, Guillaume Lecointre, Guide critique 2005, 2012.

Andréas Sniadecki, Guillaume Lecointre, Guide critique 2014, 2016.

Richard C. Lewontin, Le rêve du génome humain, 1992.

Richard C. Lewontin, L’idéologie des “sciences de la vie”, 1990.

Andréas Sniadecki, Laurent Loison, ou le darwinisme sans la biologie, 2013.

Bertrand Louart, L’autonomie du vivant, 2009.

Bertrand Louart, Aux origines idéologiques du darwinisme, 2010.

Bertrand Louart, Le vivant, la machine et l’homme, 2013.

Hermann. J. Müller, Hors de la nuit, 1935.

Lewis Mumford, L’héritage de l’homme, 1972.

James R. Moore, Le profil de la carrière de Darwin : son aspect ecclésiastique, 1983.

Claus Peter Ortlieb, Objectivisme inconscient, 1998.

Andras Paldi, L’hérédité sans gènes, 2009.

Diane B. Paul, Darwin, darwinisme social et eugénisme, 2003.

André Pichot, Eléments pour une théorie de la biologie, 1980.

André Pichot, L’eugénisme ou les généticiens saisis par la philanthropie, 1995.

André Pichot, Mémoire pour rectifier les jugements du public sur la révolution biologique, 2003.

André Pichot, Hérédité et pathologie, 2004.

André Pichot, Biologie moderne : Frankenstein ou Pieds-Nickelés ? Recueil d’articles parus dans le journal Le Monde, 1996-2008.

André Pichot, Articles parus dans la revue Esprit, 1996-2003.

Karl Polanyi, La grande transformation, 1983. Chapitres…

Jocelyne Porcher, Défendre l’élevage, un choix politique, 2012.

David H. Price, La destruction de la conscience à la National Academy of Sciences, une interview avec Marshall Sahlins, 2013.

Étienne Rabaud, Le domaine et la méthode de la biologie générale, 1919.

Étienne Rabaud, L’adaptation et l’évolution, Paris, éd. Chiron, 1922.

Étienne Rabaud, L’interdépendance générale des organismes, 1934.

Étienne Rabaud, Transformisme et adaptation, 1942.

Olivier Rey, L’homme originaire ne descend pas du singe, 2013.

Clémence Royer, Avant propos et préface à la traduction française de L’Origine des espèces, 1864 & 1866.

Jacques G. Ruelland, Histoire critique de la sociobiologie, 2010.

Marshall Sahlins, La nature humaine, une illusion occidentale, 2008. [@site de l’éditeur]

Arthur Shopenhanar, Dialectique éristique, ou l’Art de donner toujours tort à Alexis Escudero, novembre 2014. [@PMO]

Herbert Spencer, Le principe de l’évolution, réponse à Lord Salisbury, 1895.

Pierre Thuillier, Le petit savant illustré, 1980. [@Sniadecki]

Tomjo, Et c’est ainsi qu’Allah est grand, Islam & Technologies, 2016. [@PMO]

Patrick Tort : voir Frank Cézilly, Charles Darwin, jamais si bien servi que par lui-même, 2008.

Annie Gouilleux, Les pamphlets de Joseph Townsend, 2012.

Andréas Sniadecki, Craig J. Venter, ou la forfanterie à la vitesse de la lumière, 2018.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :