Accueil > Critique sociale, Racine de Moins Un, Recension d'ouvrages > Radio: Martin Buber, Utopie et Socialisme, 1945

Radio: Martin Buber, Utopie et Socialisme, 1945

En cette année d’érection pestidentielle, il est bon de ne pas se laisser confisquer les mots par les vendeurs de boniments et la faconde des endormeurs, aussi «socialistes» et «insoumis» qu’ils puissent mensongèrement se prétendre.

C’est pourquoi, dans la série Racine de Moins Un, je vous propose d’écouter Patrick Marcolini, qui dirige la collection Versus aux éditions L’Échappée où il publie des ouvrages de philosophie politique, et qui nous présente cette fois la nouvelle édition du livre Utopie et Socialisme (1945) d’une des grandes figures du judaïsme libertaire Martin Buber (1878-1965). Contre le socialisme scientifique de Marx et Engels et à l’opposé du socialisme d’État d’hier ou du socialisme prétendument «réaliste» d’aujourd’hui, Buber réhabilite un «socialisme utopique» qui n’a rien de chimérique:

«Ce n’est pas l’État, le marché ou la technologie qui font société, mais bien les relations communautaires de voisinage, de travail et d’entraide, ainsi que la capacité des personnes à s’associer librement. Or, une révolution est condamnée à l’échec si elle n’a pas posé au préalable les fondations du monde auquel elle aspire. C’est donc ici et maintenant qu’il faut reconstruire des structures de vie collective où chacun considère autrui comme son égal. Elles seront autant d’îlots de socialisme voués à s’agrandir et se fédérer, pour aboutir enfin à la communauté des communautés.» (extrait de la 4e de couv.)

Ci-dessous quelques extraits de l’émission:

.

Le socialisme utopique

Chez Marx, le terme utopique a un usage polémique. Il s’agit de discréditer l’adversaire en le qualifiant d’utopique. Après Mai 68, beaucoup de gens se sont revendiqués au contraire de manière très positive de l’utopie. En fait, ce que fait Martin Buber dans le livre, c’est d’avancer vers une troisième voie. Il dit, ce socialisme que l’on a qualifié d’utopique, finalement il ne l’est pas vraiment, parce que c’est un socialisme volontariste qui veut faire advenir immédiatement, ici et maintenant, dans le présent la forme de société à laquelle il aspire. Il reprend des expressions de Gustave Landauer [ami de Martin Buber], c’est un socialisme réalisateur ou constructeur, c’est-à-dire qu’on va essayer de former dès maintenant les communautés qui permettront d’appuyer la révolution qui viendra ensuite, communautés qui vont esquisser de manière embryonnaire le type de société qu’il s’agit de faire advenir. Donc des communautés dans lesquelles règne l’égalité, où il y a des rapports d’entraide et de réciprocité, une chaleur humaine aussi.

Finalement, si on voit le socialisme de cette manière-là, ce n’est pas un socialisme utopique, au sens étymologique, comme «lieu qui n’existe pas». Buber dit, je cite: «Ce socialisme-là peut être qualifié en un sens spécial, non pas d’utopique, mais de topique: ce n’est pas un socialisme sans lieu, puisqu’il cherche à se réaliser selon les cas en des lieux et des conditions donnés, donc justement ici et maintenant, dans la mesure du possible.»

Il ajoute aussi que dans l’affaire, le véritable utopiste, c’est peut-être bien Marx lui-même, dans le sens où Marx s’abstient toujours de donner, comme il dit, «des recettes pour faire bouillir les marmites de l’avenir». C’est-à-dire qu’il refuse de dire à quoi va ressembler le communisme. Il dit juste que cela va être «l’appropriation collective des moyens de production»; il a une autre formule pour dire que c’est «l’émancipation de tous les individus». Mais bon, ça reste toujours très flou, très confus, et Buber dit «le voilà l’utopiste, c’est le gars qui dit que la société à laquelle on aspire arrivera toujours après la révolution». Qui dit: «Courons d’abord faire la révolution et après on s’occupera de savoir à quoi ressemblera le communisme».

Le véritable utopisme, pour Buber, c’est de ne pas vouloir envisager réellement, concrètement, dans les faits et de manière pragmatique en quoi consiste une société à laquelle on aspire.

.

Rapprochement entre le religieux et le politique

A début du livre, Martin Buber utilise un vocabulaire religieux pour grosso modo décrire cette opposition entre les socialistes utopiques, les libertaires, et les socialistes scientifiques, les marxistes. Cette opposition peut se transcrire en termes religieux par opposition entre les prophétiques et les apocalyptiques. Les prophétiques se donnent pour mission de réaliser ici et maintenant le bonheur sur la Terre à travers le changement de son propre comportement; C’est ce que font les prophètes, ils se promènent à travers le monde en répandant la parole de Dieu et en faisant exister directement les enseignements divins par leur comportement et leur attitude qui sont profondément différents de ceux qui les entourent. En face, les apocalyptiques sont ceux qui au contraire disent qu’une apocalypse va arriver bientôt, un changement radical, un bouleversement complet va se manifester, quelle que soit l’attitude que l’on adopte. Et là-dedans les êtres humains vont être pris dans cette bourrasque et cette tempête, et ils seront jugés en fonction de leurs mérites et de leurs péchés. Les individus n’ont donc aucune autonomie d’action dans ces circonstances, l’apocalypse va arriver et ensuite adviendra le règne de Dieu sur Terre.

Il y a là deux conceptions du temps historique qui sont complètement différentes. Dans un cas la transformation est ici et maintenant et elle est ancrée dans la volonté des individus, qui changent leur comportement pour que la société change autour d’eux. Dans l’autre cas, la société va changer d’elle-même, par un bouleversement violent qui va tomber sur les gens comme la foudre, et duquel va naître un nouveau monde.

Le parallèle entre socialistes utopiques et socialistes scientifique est là. D’un côté les socialistes utopiques et libertaires qui vont créer des communautés, les phalanstères chez les fouriéristes, des coopératives agricoles, des ateliers partagés, les formes sont extrêmement diverses; mais à chaque fois on va essayer de faire exister quelque chose de différent en nouant des relations différentes avec les personnes qui nous entourent, des relations de travail, d’amitié, de vie collective. De l’autre côté, les socialistes scientifiques, les marxistes, qui attendent tout de la révolution, y compris la société communiste, la société de l’avenir, sans que celle-ci soit précisément définie dans ses modes de réalisation concrets.

La métaphore marche assez bien, surtout lorsqu’on connaît toute la religiosité dont sont emprunts les milieux politiques de l’entre-deux-guerres…

.

A quoi ressemble le socialisme

Il y a une phrase de Gustave Landauer dans Appel au socialisme (1910): «Aussi étrange que cela puisse vous paraître, à vous les prolétaires, la société communiste de l’avenir, ce sera un village où chacun aura son poulailler, son champ et où on fabriquera ensemble des objets dans l’atelier collectif, etc. et ce ne sera pas la grande usine collectivisée». Autrement dit: quand vous voulez penser au socialisme, pensez à une ferme!

.

Toute ressemblance avec les fermes coopératives Longo maï serait purement fortuite…

Déclaration de conflit d’intérêt : je fait la promo de bouquins que publient des potes, mais c’est pas parce que c’est des potes, c’est seulement parce qu’ils font des choses vachement bien !

Bonne écoute !

Tranbert

Téléchargez et écoutez sur le site de Radio Zinzine l’émission :

Utopie et socialisme

Racine de moins un, une émission de critique des sciences, des technologies et de la société industrielle sur Radio Zinzine.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :