Accueil > Opposition au nucléaire > Message d’une liquidatrice de Tchernobyl pour le Japon

Message d’une liquidatrice de Tchernobyl pour le Japon

Natalia Manzurova, une des rares survivantes de l’équipe de nettoyage qui était à Tchernobyl, était une ingénieur de 35 ans travaillant à Ozersk, Russia en Avril 1986 lorsqu’elle a reçu l’ordre, avec 13 autres scientifiques, de se rendre d’urgence vers la centrale au nord de l’Ukraine. C’était juste quatre jours après que ce désastre nucléaire ait envoyé d’énormes quantités de radiations dans l’atmosphère et forcé l’évacuation de 10.000 personnes. Manzurova et ses collègues étaient parmi les 800.000 «nettoyeurs» ou «liquidateurs» en charge de nettoyer, enlever et enterrer la contamination de ce qui reste appelé «la zone morte». Elle y est restée quatre ans et demi, aidant à nettoyer la ville abandonnée de Pripyat qui est à moins de 3 km de Tchernobyl. Les ouvriers y restaient avant d’être évacués. Manzurova, qui a maintenant 59 ans, a le «collier de Tchernobyl», une cicatrice sur la gorge, résultant de l’ablation de la thyroïde, et une collection de problèmes de santé. Mais au moins, contrairement à tous les membres de son équipe et à la majorité des «liquidateurs», elle est encore vivante.

Natalia Manzurova

Natalia Manzurova

Quelle a été votre première réaction quand vous avez entendu parler de Fukushima?

Un sentiment de déjà vu. Je connais les problèmes qu’ils vont maintenant avoir.

Mais les experts nous disent Fukushima n’est pas aussi pire que Tchernobyl.

Chaque incident nucléaire est différent et les vrais impacts ne peuvent pas être mesurés avant des années. Le gouvernement ne dit pas toujours la vérité, beaucoup ne retourneront pas dans leurs maisons, et leur vie sera désormais coupée entre avant et après Fukushima. Le gouvernement leur dira probablement qu’il n’y a pas tant de radiations que ça, et ne voudra pas les dédommager pour leurs pertes. Ce qui est perdu là est incalculable.

Quel serait votre message pour le Japon?

Allez-vous en le plus vite possible, n’attendez pas, sauvez-vous et ne comptez pas sur le gouvernement. Ils ne vous diront pas la vérité parce que le lobby nucléaire est trop puissant.

Quand vous avez été appelée pour aller à Tchernobyl, connaissiez-vous la situation sur place?

Je n’en avais aucune idée, jusqu’à bien plus tard en fait… Tout était couvert par le sceau du secret. Si on me demandait aujourd’hui de nettoyer sur un tel accident, je refuserais… Les sacrifices que font les travailleurs de Fukushima sont bien trop grands, parce que l’industrie nucléaire a justement été construite de telle manière que les patrons de ces lobbies n’ont pas à être tenus responsables face aux gens qui nettoient ces désastres; c’est un vrai suicide d’esclaves nucléaires.

En quoi consistait votre travail de liquidateurs?

Nous devions mesurer les radiations, ramasser des échantillons de végétaux pour voir à quel point la radiation était haute, puis passer le bulldozer partout, faire des trous et tout enterrer -maisons, animaux, tout. Il restait quelques animaux sauvages, il a fallu les tuer pour les enterrer aussi.

Restait-il des animaux domestiques?

Les gens n’ont eu que quelques heures pour s’en aller, et ils n’étaient pas autorisés à prendre leur chien ou leur chat. Les radiations restent dans la fourrure des animaux et ne peuvent pas être nettoyées, il a donc fallu les abandonner… Tous les animaux sont d’ailleurs devenus rapidement momifiés…

En quoi votre santé a-t-elle été affectée par le travail dans la zone morte?

Ça a commencé comme de la fièvre, je faisais de la température et je frissonnais… Je voulais dormir tout le temps et manger beaucoup, mon organisme n’avait plus d’énergie… Nous portions des compteurs pour les radiations que nous remettions à nos patrons, mais nous ne savions jamais les résultats.

Mais vous réalisiez le danger?

A un moment donné oui, on connaissait le danger… Un de mes collègues a marché dans une des piscines et ses pieds ont brûlé dans ses bottes… Mais nous pensions que c’était notre devoir de rester. Je me sentais comme un pompier, avec une maison qui brûle… Tu ne peux pas partir juste parce que c’est dangereux…

Quand avez-vous découvert votre tumeur à la thyroïde?

Durant une inspection médicale de routine, ça faisait plusieurs années que je travaillais là… Ils m’ont enlevé la moitié, la tumeur est revenue, ils m’ont enlevé l’autre moitié… Je prends des hormones maintenant, entre autres…

Pourquoi êtes-vous retournée travailler là-bas après les opérations sur vos tumeurs?

Le gouvernement venait de passer une nouvelle loi disant que les «liquidateurs» devaient avoir travaillé au minimum quatre ans et demi sur place pour avoir le droit à une retraite. Une journée de moins et vous n’aviez aucune retraite… Ils n’arrêtaient pas de changer d’ailleurs les lois à propos des compensations parce que nous étions de plus en plus nombreux, et cela n’était pas bon pour l’industrie. Nous n’avons d’ailleurs quasiment plus aucune retraite ni compensation actuellement.

Comment va votre santé depuis que vous avez fini ce travail à Tchernobyl?

Pour moi, ça a fini quand j’ai eu 43 ans. Je n’arrêtais pas de faire des crises d’épilepsie, la pression sanguine explosait, j’étais incapable de travailler plus de 6 mois d’affilée… les docteurs ne savaient plus quoi faire avec moi, ils voulaient même me mettre en asile psychiatrique avant de finalement admettre que c’étaient les conséquences de mon travail et me mettre à la retraite.

Entretien réalisé le 22 mars 2011.

Source:  Traduction française Blog de Marc Lafontan – Original anglais AOL News.

 

 

 

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :