Indécent

A droite comme à gauche, certains hommes et femmes politiques ont trouvé «indécentes» les manifestations antinucléaires organisées pendant la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Malheur à celui par qui le scandale arrive: en France, le scandale n’est pas l’existence du nucléaire, mais celle… des antinucléaires! Franchement, comment peut-on être antinucléaire dans le pays le plus nucléarisé au monde? Car c’est bien en France qu’il y a le plus d’installations nucléaires par habitant, même si le «parc» de réacteurs est moins considérable qu’aux États-Unis ou en Russie. Pour une fois que la France se trouve en pointe dans un secteur industriel…

Ceux qui critiquent – sans rien proposer à la place, comme d’habitude – devraient écouter par exemple notre ministre de l’Industrie et de l’Energie, Eric Besson, qui quelques jours après le début de la catastrophe au Japon rappelait cet argument de poids: «la facture énergétique française est 40% moins élevée que celle de nos voisins européens grâce au nucléaire». Faire des économies, c’est important en temps de crise. EdF, je t’aime!

Et puis le nucléaire, ça crée des emplois. Quel malheur ce séisme au Japon, juste au moment où AREVA négociait avec l’Inde la construction de six EPR à côté de la ville portuaire de Jaïtapur, dans une zone hautement sismique, avec comme argument de vente que le Japon n’avait jamais connu de problèmes nucléaires graves alors que ce pays est truffé de failles géologiques. Heureusement, le conseiller du Président, Henri Guaino, est optimiste: il pense que le drame que vit le Japon pourrait finalement avoir des conséquences bénéfiques pour l’industrie nucléaire française, car «la France s’est surtout manifestée par son souci de sécurité». A nous les parts de marché! AREVA, mon amour!

La sécurité! La sécurité, vous dis-je! Nos nucléocrates sont tout de même plus intelligents que ceux des Japonais: il ne leur viendrait pas à l’esprit de mettre un réacteur nucléaire sur une faille sismique. Sauf à Fessenheim et à Cadarache. Ah, que voulez-vous? Le risque zéro n’existe pas! Et puis, en France, ont ne peut pas avoir en même temps un séisme ET un tsunami, surtout en Alsace ou en Provence. C’est encore Eric Besson qui nous le dit: voyez comme nous sommes malins! CEA, embrasse-moi!

Il n’y a pas de problème. Donc pas besoin de «référendum», de «débat» ou de «Grenelle du nucléaire». Comme le dit encore Besson: «J’ai moi-même participé, il y a quelques années à l’Assemblée nationale, à un grand débat sur l’avenir du nucléaire lorsque j’étais député; et c’est quelque chose qui revient régulièrement.» Et puisqu’à droite comme à gauche tout le monde soutient l’industrie nucléaire, c’est bien la preuve que ce débat était démocratique. D’ailleurs la directrice d’AREVA, Anne Lauvergeon, est une ancienne membre du cabinet de François Mitterrand. Et le PS, qui était plutôt hostile au nucléaire dans les années 1970, s’est converti au nucléaire en arrivant au pouvoir dans les années 1980.

Areva dégage !

Authentique publicité pour AREVA détournée pour lui rende sa signification véritable…

Car en politique, il faut être réaliste: «Il faut que ceux qui prônent la sortie du nucléaire disent exactement comment ils entrevoient cela et surtout, quelles seraient les conséquences économiques, financières, sociales pour les Français.» Nous dit encore Besson. Même le porte-parole du PS, qui est quand même un parti politique sérieux, a admis que «l’on ne peut pas sortir du nucléaire du jour au lendemain». L’élu UMP Claude Birraux juge «qu’on peut avoir un débat, bien entendu, mais le problème est que ceux qui le réclament ont déjà préempté la discussion». Avouons qu’il est non seulement indécent, mais surtout vraiment malhonnête de la part des antinucléaires de profiter du fait que les événements leur donnent raison pour essayer seulement de se faire entendre!

Car tous les dirigeants, décideurs et responsables qui défendent courageusement le nucléaire contre les critiques injustifiées, les doutes inutiles et les peurs irrationnelles agitées dans l’opinion publique par des irresponsables (probablement stipendiés par le lobby pétrolier, comme le dit Marine Le Pen) qui non seulement n’ont même pas les compétences scientifiques pour parler de l’atome, mais en plus n’ont aucun pouvoir de décision et n’ont même pas assez d’argent pour se payer des campagnes de publicité dans les médias (ils se contentent d’agiter des banderoles qu’ils ont souvent fabriquées eux-mêmes, preuve qu’ils veulent retourner à l’âge des cavernes); tous nos nucléocrates, donc, sont bien désarmés et pas du tout organisés face à ces obscurantistes. Le ministre de l’Industrie, Eric Besson, a prononcé cette phrase désabusée et désespérée, mardi 15 mars au micro de RTL en réponse à un lâche journaliste qui lui demandait sournoisement «on a l’impression quand même, parfois, d’être confronté à une forme d’arrogance de la part de ceux qui défendent le nucléaire»: «L’histoire du lobby nucléaire est un mythe absolu… S’il existe je ne l’ai jamais rencontré. Il faut me dire où il loge.»

Le lobby nucléaire n’existe pas en France, c’est pourtant une évidence! Car la radioactivité est un phénomène naturel, donc l’industrie nucléaire est également un phénomène naturel: elle est apparue spontanément et par hasard en France et personne n’y peut rien. Toute résistance est inutile: une catastrophe, même nucléaire, est naturelle; c’est de la géologie, de la physique, de la chimie, etc., n’importe quel scientifique vous le dira.

Il va donc falloir apprendre à vivre avec le nucléaire, un point c’est tout. Les antinucléaires sont trop sentimentaux et moralistes, ils agitent des peurs irrationnelles: peurs de la souffrance, de la maladie, de la mort; morale de la responsabilité vis-à-vis de l’autre et des générations futures; attachement à l’individu comme sujet, comme origine et fondement de la société. Alors qu’un phénomène naturel, une machine, une industrie, un État, n’ont pas peur, n’ont ni sentiment ni moralité: ils existent, ils fonctionnent, ils gèrent; des choses et des êtres humains en tant que choses. Un point c’est tout. Vive la mort, à bas la sensibilité et l’intelligence!

Tranbert

Article paru dans L’Ire des chênaies n°386, hebdomadaire de Radio Zinzine.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :